ALIMENTATION EN EAU POTABLE

La conception et l'exploitation des conduites d'adduction, des réservoirs de stockage et des réseaux de distribution d'eau potable

Recherche dans les notes et les documents du site www.eauxpotables.com :

10 - Maîtrise de la qualité de l'eau potable dans les interconnexions de secours entre réseaux

Nota : les articles du site www.eauxpotables.com sont rattachés à la législation luxembourgeoise et tracent les grandes lignes de l'approche luxembourgeoise en matière d'alimentation en eau potable.

Afin d’assurer la continuité du service de distribution en cas de panne majeure, il est préconisé de disposer pour chaque réseau de deux ressources d’approvisionnement distinctes et non interdépendantes dont chacune pourra maintenir le réseau sous pression pour éviter les retours d’eau et subvenir aux besoins de première nécessité des consommateurs. Les interconnexions entre réseaux voisins représentent la meilleure formule d’alimentation de secours. La conception et l’exploitation de ces interconnexions nécessitent toutefois des précautions particulières pour éviter que ces conduites ne créent des zones de stagnation préjudiciables à la qualité des eaux.

En effet, le temps de séjour dans un réseau est un des paramètres majeurs à prendre en compte pour maintenir la qualité de l'eau potable. Dans ce contexte, il convient de mentionner que la directive allemande DVGW W400 avance comme critère de dimensionnement un renouvellement hebdomadaire du volume d'eau contenu dans un réseau. Il est évident que cette valeur ne peut être respectée dans les antennes isolées et notamment dans les conduites d’alimentation d’appoint dont la mise en service est liée à des évènements peu fréquents (il en est bien évidemment de même avec les antennes caractérisées par une faible consommation ou dont le rythme d’exploitation est étroitement lié aux fins de semaine, aux vacances scolaires ou à la saison touristique). Aussi la norme EN 1717 préconise-t-elle un temps de séjour maximal de 1 mois, après quoi la conduite d'alimentation doit être purgée.

Dès lors, la fiabilité et la sécurité du service de distribution implique l'obligation pour l’exploitant de renouveler périodiquement le volume d’eau contenu dans l’adduction de secours (de préférence par une mise en fonction hebdomadaire de la solution de rechange pour distribuer le contenu, débit sanitaire fixé par la convention de vente d'eau entre collectivités) et d’intégrer un contrôle régulier de la qualité de l’eau au programme d’échantillonnage. Alternativement, l’opérateur réalisera périodiquement (au moins une fois par mois) des purges manuelles (programme des purges) sur l’adduction d’appoint (la purge automatique a le désavantage de rendre une situation atypique automatique, la faisant sombrer dans l'oubli). Pour ce faire, il est impératif d’installer des dispositifs de purge sur la conduite d’interconnexion. Pour des raisons d’hygiène et de sécurité, il est fortement déconseillé de vidanger la connexion d’appoint et de la remettre en service pour une distribution de secours (intrusion d’eau polluée au droit des fuites, assèchement des joints entraînant des fuites passagères à la remise sous pression, difficulté de maîtriser la qualité des eaux en raison d’une désinfection hâtive).

Dans le but de maîtriser le temps de séjour sans intervention humaine, l’auteur du site lokistagnepas.canalblog.com expose de façon détaillé une solution pratique, mais certes plus onéreuse, avec création d’une boucle fermée. Une telle configuration permet de maîtriser en toutes circonstances l’écoulement de l’eau dans la conduite d’appoint et, donc, la qualité de son contenu. Il est alors préférable que l'ouverture de la boucle en cas d'une demande élevée soit pilotée par une vanne de régulation à commande hydraulique.

Cette même solution permet également de diriger le flux de l'eau dans les réseaux de distribution maillés. En effet, les bouclages ouverts présentent l'inconvénient que ni le sens d'écoulement (remise en suspension des dépôts lors de l'inversion du sens) ni le temps de séjour (formation de zones d'équilibre avec stagnation prolongée de l'eau) ne sont maîtrisés. Afin d'assurer la qualité bactériologique des eaux distribuées, l'opérateur peut fermer la (les) maille(s) principale(s) pour créer une structure ramifiée dont les caractéristiques sont parfaitement maîtrisées. La vanne de sectionnement du réseau sera alors placé sur une artère d'écoulement principale et non au point mort, précisément pour canaliser le flux et de neutraliser les zones de stagnation. Aux heures de pointe exceptionnelle ou en cas d'incendie, la pression différentielle enclenchera le mécanisme d'ouverture de la vanne (de stabilisation de la pression aval). L'ouverture de la boucle et la mise en vitesse du réseau peut cependant provoquer une remise en mouvement des dépôts, avec apparition d'eau trouble pour l'usager.

Le guide de conception des réseaux d'eau potable fournit des renseignements complémentaires.

Retour au sommaire de la page principale

Posté par Philippe Colbach