ALIMENTATION EN EAU POTABLE

La conception et l'exploitation des conduites d'adduction, des réservoirs de stockage et des réseaux de distribution d'eau potable

Recherche dans les notes et les documents du site www.eauxpotables.com :

18 - Utilisation de l’eau de pluie dans les ménages privés

Nota : les articles du site www.eauxpotables.com sont rattachés à la législation luxembourgeoise et tracent les grandes lignes de l'approche luxembourgeoise en matière d'alimentation en eau potable.

La période 2003-2005 était caractérisée par un faible taux de précipitations avec un déficit prononcé pendant les périodes hivernales importantes pour le rechargement des nappes souterraines. En effet, les précipitations abondantes et la faible évapotranspiration en saison froide se traduisent généralement par une saturation plus ou moins avancée des sols et, donc, par une recharge profonde des aquifères. Or, la baisse du déversement des sources qui résultait des hivers inhabituellement secs était d’autant plus grave que la forte chaleur estivale incitait la population à consommer davantage l’eau du robinet.

Sachant que la plupart de nos besoins quotidiens ne nécessitent pas une eau traitée (comme par exemple les WC pour lesquels on emploie un tiers de l’eau consommée, de même que certains lavages et l’arrosage), la récupération de l’eau de pluie semble à première vue être un choix d’équipement pertinent pour une maison d’habitation. Bien que le recours à l’eau pluviale soit dans certains cas utile et positif d’un point de vue écologique, il faut toutefois admettre que les désavantages l’emportent au niveau des maisons d’habitation :

Nota : Récemment, la dynamique du marché immobilier avec le changement de propriétaires des maisons disposant de systèmes de récupération d'eau pluviale ont fait émerger le risque sanitaire manifeste qui provient du fait que les nouveaux propriétaires suppriment les anciennes installations de récupération et branchent l'installation privée de distribution d'eau pluviale au réseau interne approvisionné par l'infrastructure d'approvisionnement publique. Il est formellement interdit de réaffecter un réseau de qualité non potable à la distribution d'eau destinée à la consommation humaine. Même après rinçage et désinfection du système, les dépôts incrustés aux parois internes restent imbibés de colonies de bactéries dangereuses à la santé humaine. Tout retour d'eau constitue un risque sanitaire évident tant pour les consommateurs privés que pour le preneurs d'eau raccordés au réseau public.

Mémoire technique [24/06/2014 version annotée] :

Retour au sommaire de la page principale

Posté par Philippe Colbach